Archives de Catégorie: Crowdfunding

Retour sur le crowdfunding : Biracy project

Je viens de m’inscrire au projet Biracy, projet collaboratif de film de sci-fi. L’intérêt pour le film est, pour ma part, bien moins important que celui  pour la démarche.

Pourquoi j’ai choisi Biracy et pas Kickstarter, IndieGogo ou même un français pour ma première expérience?

J’ai été séduit par la démarche exclusivement cinéma de la plateforme Sokap et surtout, outre le funding, la démarche couvre tout le processus de production du film, du développement à la distribution.

En effet, avec Sokap (dont le premier projet pilote est donc Biracy), on choisit son profil de producteur en fonction du montant qu’on investit. Sur base de ce profil, comme dans toute plateforme de funding, on a droit à un certain package (dvd, …). La nouveauté à ce niveau est la capacité, tout comme dans un modèle de pyramide, de promouvoir le projet, coopter de nouveaux adhérents et d’en récupérer des bénéfices (en points).

Ensuite, on participe au développement du projet: on suit les différentes étapes  – comme dans toute plateforme de funding – mais aussi on peut proposer des idées ou répondre à une sorte d’appel d’offre. Dans le tour, il présente l’exemple du design d’un robot où des dessinateurs vont proposer des croquis, seront rémunérés (1$ par min) et le gagnant de l’appel d’offre gagne une prime.

Ensuite, on participe au marketing et à la promo du film. Là encore, on reçoit des points pour nos efforts.

Enfin, la distribution est assurée en partie par les membres du projet. On peut même revendre des dvd, organiser des screenings, … Là de nouveau, on récupère les bénéfices.

Ce n’est donc pas une plateforme d’investissement où on mise sur des artistes et on espère en récupérer des bénéfices sur les droits, ce n’est pas une plateforme de don non plus mais vraiment une plateforme où chacun peut s’engager dans un projet de cinéma et apprendre beaucoup.

C’est donc ce qui m’a plus et m’a poussé à y participer avec un soutien de 25$. Je reviendrai bien sûr sur  les différentes étapes du projet mais aujourd’hui, l’important est d’inviter le plus de personnes à rejoindre le projet. Donc venez expérimenter avec moi, et utilisez mon ID comme invitation: bliptonecutaway45

Publicités

La co-prod ou crowdfunding bientôt chez nous?

Un système depuis un temps en place aux Etats-Unis, le crowdfunding se développe en France. Des sites se développent comme touscoprod.com ou motionsponsor.com où mêmes les boites de prod peuvent demander un rabio pour leur distribution (ça leur permet de convaincre avec des images du film déjà tournées). Et des bons films indépendants en plus avec des gens connus (denis lavant, jp mocky, caroline cellier, …)

Le modèle de rémunération est différent selon le site mais, en gros, le site agit lui-même comme co-production du film, récupère donc des droits qu’il repartage avec ses « actionnaires » du moment dans une répartition annoncée d’avance : soit un partage de 80% des bénéfices (le site se garde 20%) pendant 3 ans ou une bonne part jusqu’à remboursement de l’investissement et puis une part raisonnable sur le reste du temps.

L’intérêt de ce genre de site est double:

  • il socialise l’effort de création artistique en permettant à des passionnés de jouer une somme comme s’ils jouaient à la loterie
  • il rapproche les créateurs de leur public en créant, avec plus ou moins de talent, des zones web d’échanges et de communications entre les producteurs du moment et  l’équipe du film… encore trop souvent représentée, à mon avis, par un anonyme de la boite de prod (un stagiaire?)

En tous cas, outre le potentiel gain financier, le co-producteur peut être récompensé de son effort de promotion ou d’investissement par des invitations sur tournage, des participations à des « décisions ».

Bref, un programme assez réjouissant qu’il serait bon de développer en Belgique, non? A moins que nos règles comptables ou fiscales soient trop compliquées ? A moins qu’on préfère aller pleurer pour un subside de 3000 euros pour finir la post-prod  ou finir de financer le kinescopage parce que mémé n’a finalement pas donné ce qu’elle avait promis?

En tous cas, je suppose qu’en France, avec les règles de production et d’aide du CNC, le modèle a probablement été facilité. Faut-il que je retourne en Bretagne? … c’est ma môman qui serait contente.

PS: un petit article sur le crowdfunding aux US: http://money.cnn.com/2010/01/21/smallbusiness/sundance_credit_cards/index.htm. ou alors dois-je aller là-bas?